www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
de la ligue de normandie d'athlétisme
Actualités
Interview Post-Confinement n°1
28 Mai 2020 - VIDAL Florian (Directeur de la LNA)
Interview Post-Confinement n°1

Le directeur de performance de la Ligue, Wilfrid Boulineau a accepté de jouer le jeu de l'interview avec Stéphane Lepoittevin (Elu au comité directeur de la Ligue et entraîneur au CAC athlétisme) afin d'apporter des conseils pour la reprise sportive.

Question n°1 : Pendant le confinement, comment les athlètes de haut niveau ont-ils vécu cela ?

Pour répondre à ta question, il est vrai que l’on a vécu un évènement inédit et imprévisible nous obligeant à rester chez soi durant près de 55 Jours. Deux mois c’est très long ! Alors, comment les athlètes ont-ils vécu ce moment de repos forcé ?

Ce que j’ai pu observer en faisant des entretiens téléphoniques avec les athlètes et certains entraineurs, c’est que pour la plus grande majorité d’entre eux, cette situation a été vécue de façon « sereine ». Dans l’ensemble, j’ai pu noter une faculté à s’adapter et à faire face à cette situation….Je pense notamment aux entraineurs « normands » qui ont fait preuve d’originalité et ont redoublé d’imagination en proposant des contenus d’entrainements sous forme de jeux, de défis, de challenges, en multipliant les vidéos, les exercices originaux (il suffit de consulter les réseaux sociaux pour s’en rendre compte !).Ils ont su s’adapter et conserver un lien avec leurs athlètes (en cela il faut les féliciter !).

S’agissant des athlètes, je ne suis pas étonné que la plupart d’entre eux ont su et pu gérer cette période difficile car je pense que le fait de pratiquer un sport de compétition à aider les athlètes à mieux appréhender ce confinement. Je m’explique, nous sommes tous d’accord pour dire que ce « repos forcé » a induit du stress, des inquiétudes, des incertitudes mais d’une certaine manière les athlètes ont déjà connue des situations de stress, d’anxiété, d’incertitudes et d’inquiétudes dans le cadre de leur activité athlétique (à moindre degré j’entends !). Le « stress » due à l’enjeu de la compétition, stress de ne pas rentrer en finale, de la barre à franchir synonyme de médaille, de la peur de l’échec, de tomber sur une haie, de lancer hors secteur, de la disqualification lors d’une épreuve de marche, etc……Ils ont même connu «  le repos forcé », certains ont déjà été confrontés à la blessure et d’autres à la frustration de diminuer leur nombre d’entrainement à l’approche des compétitions (passer de 8 entrainements à 4 en période de compétitions !) .

Tous ces exemples montrent bien que nos athlètes ont développé des  comportements, des attitudes, des stratégies pour faire face à l’enjeu, à l’incertitude de la qualification ou de la sélection, du stress de la compétition, de la blessure à gérer,  et c’est en cela qu’ils ont su gérer  au mieux cette période… 

Ce que j’ai pu également observer au travers les entretiens c’est que ce confinement s’est effectué selon deux phases :

La première correspond au début du confinement (17 Mars) où cette période était considérée comme « les vacances » selon nos athlètes et tous avaient envie de s’entrainer, certains étaient très rigoureux dans leur pratique et plutôt bien « affutés »…Là où cela se complique (et cela correspond à la deuxième phase c’est-à-dire à la fin Avril), c’est le moment des annonces de « reports et/ou d’annulations des compétitions ». En l’absence d’objectifs à moyens termes, certains entraineurs et athlètes ont fait le choix d’arrêter la programmation des entrainements quand d’autres ont souhaité continuer notamment en se fixant d’autres objectifs de performance (travail des points faibles !).

 

Question n°2 : Comment vont être gérées les listes ministérielles pour l’année prochaine ?

Ce qui est important de savoir, c’est que les listes ministérielles sont assujetties à des critères d’éligibilité (Niveau de performance et place lors des championnats France/internationaux).Vous l’aurez compris qu’en l’absence de compétitions, il parait impossible de pouvoir réaliser ces critères. Ainsi, la DTN a réfléchi sur le sujet et à fait des propositions à l’Agence Nationale du Sport (ANS) qui elle-même à transmis ces préconisations à la direction des sports, car seul le ministère des sports valide en dernier ressort ! Concrètement, ce qui semble être la tendance et cela reste de l’ordre de l’hypothétique c’est « la reconduction » des listes actuelles sur la prochaine saison…Chaque athlète devrait donc conserver son statut à la rentrée prochaine !

Néanmoins, la DTN et les directeurs de performance territoriaux seront très attentifs et pourront à la marge soit rajouter des athlètes ( en tenant compte des résultats hivernaux et éventuellement des résultats aux divers championnats de France de cette arrière-saison)soit retirer des athlètes du fait d’un arrêt de leur projet sportif, du fait du non-respect de quelques règles imposées par leur statut sur liste( Etre à jour de leur suivi médical longitudinal, Répondre « activement » aux sollicitations des Directeurs de performance en région, attitude et comportement respectueux lors des compétitions et entrainements, etc…).

Question n°3 : Comment vois-tu la reprise d’un point de vue de l’entrainement ?

Je ne vais pas aborder l’entrainement sous l’angle « sanitaire » et les règles très contraignantes que cela imposent car DDK ou Pierre Friteyre interviendront sur le sujet mais je vais plutôt m’attarder à expliquer les effets du confinement sur les athlètes et vous donner quelques conseils sur la nécessité d’une reprise « progressive » de l’entrainement.

Nous sommes tous d’accord pour dire que ces deux mois de confinement ont eu un impact « négatif » sur l’organisme provoquant des désadaptations, des modifications au niveau structurel et fonctionnel. De façon synthétique, au niveau structurel nous avons constaté une baisse de la masse musculaire et une diminution de la raideur tendineuse), et au niveau fonctionnel une baisse du système cardio- respiratoire avec baisse du VO2MAX et aussi des problèmes de coordinations motrice). Cet impact sur l’organisme est encore plus significatif selon les conditions de confinement. En effet, que vous habitiez en appartement ou en maison avec du terrain, que vous pratiquiez sur le bitume ou sur un terrain en herbe, que vous soyez à la campagne ou en ville, que vous ayez du matériel pédagogique / des appareils de musculation ou pas. Se rajoute à cela le fait de rester chez soi et ne sortir qu’une heure, cela veut dire que nos déplacements sont limités et notre activité physique « usuels » (marcher pour aller à l’école, pour prendre le bus, le métro, etc…) est en baisse.

Autrement dit, même si les athlètes ont pu s’entrainer, il est clair que la charge d’entrainement à malgré tout diminuée et que les athlètes ne sont plus les mêmes avant le confinement qu’après !

Prenons quelques exemples sans rentrer dans les considérations physiologiques:

  • La diminution de la raideur tendineuse peut provoquer, si la reprise de l’entrainement se fait trop rapidement, des tendinites voir des ruptures car les tendons ne sont pas prêts à soutenir les contraintes musculaires comme avant le confinement … ;
  • Les muscles étant moins sollicités on peut assister à une altération de la force et de la puissance musculaire (perte de 8 % en un mois). A titre d’exemple, Léonie CAMBOURS que j’entraine et qui a un record en développé couché à 52 kgs , a été incapable de soulever dès sa première séance 40 kgs… ;
  • Concernant le VO2 MAX , on peut avoir si pas d’entrainement des baisses de l’ordre de  5 % le premier mois du confinement puis aller jusqu’ à 15 % en deux mois … ;
  • Autre point important, c’est le problème de coordination. L’habileté motrice peut être perturbée du fait de la non pratique de son activité spécifique (ex : saut à la perche, course de haies).Ces pertes de « repères » doivent être prises en compte lors des entrainements.
  • Perte de la mobilité et souplesse articulaire

S’agissant des conseils, je dirai en quelques mots «  Prudence, Patience, progressivité », l’idée étant de ne pas rattraper le temps perdu et reprendre trop vite au risque de se blesser. Le fait des reports des compétitions en Septembre/ Octobre plutôt que Juillet/Août évitera une reprise trop intensive !Dans un premier temps, je pense que la meilleure chose à faire est de dialoguer, d’échanger avec ses athlètes afin de faire « un état des lieux, un contrôle technique ». La deuxième chose, et de manière « individualisée », est de proposer une phase de réactivation (et non une phase réathlétisation comme on peut l’entendre, sauf si athlète blessé) pour une durée de 4 semaines.

Durant cette phase, préconisez :

  • Effort aérobie de type continu (60 % VMA), cela peut s’apparenter à des footings plus longs et soutenus ;
  • Gammes « éducatifs de courses » sur la pelouse (ou toute autre surface meuble) et éviter les pointes ;
  • Pour la musculation, privilégier les circuits « PPG », le travail en isométrie est conseillé et éviter les bondissements (pliométrie). Abdos/gainage
  • D’un point de vue technique, revoir les fondamentaux et privilégier les exercices à faible intensité (ex : passage de haies en marchant, perche sur élan réduit, etc…)
  • Privilégier les étirements passifs et surtout bien s’hydrater.

Il s’agit de quelques conseils qu’il faudra donc adapter en fonction du profil de vos athlètes. A l’issue de ces 4 semaines, la reprise classique de l’entrainement peut être envisagée (ex : reprise type mois de Septembre).Il s’agit d’une interview et tout  ne peut être abordé, néanmoins je reste disponible pour échanger avec les entraineurs sur le sujet….


Merci Wilfrid pour toutes ces précisions je me permets de mettre le document de la FFA vous expliquant toutes les instructions à suivre par discipline, j'aurai très prochainement l'honneur de pouvoir vous relater mes échanges avec André Kerveillant sur le calendrier de la reprise sportive et Pierre Friteyre sur la mise en place des recommandations FFA.

Bonne reprise à tous et respectez bien toutes les consignes sanitaires.

Stéphane Lepoittevin

03/07 >
29/06 >
26/06 >
25/06 >
12/06 >
08/06 >
02/06 >
04/05 >
30/04 >
23/04 >
16/04 >
26/03 >
25/03 >
25/03 >
21/03 >
20/03 >
19/03 >
17/03 >
13/03 >
09/03 >
INFOS RECORDS
Les derniers records LNA
(en instance de validation par la CSO)
---------------------------------
10 km route vétéran femme
35:41
Fanjanteino FELIX
80 - Stade Sottevillais 76
le 8 mars 2020 à Bourg-en-Bresse
---------------------------------
10 km route vétéran femme F40
35:41
Fanjanteino FELIX
80 - Stade Sottevillais 76
le 8 mars 2020 à Bourg-en-Bresse
---------------------------------
10 km route vétéran femme F35
36:44
Anaïs SIARD
85 - AS Tourlaville
le 8 mars 2020 à Avranches
---------------------------------

Les Espaces

Siège de Mondeville :

2 Rue Maurice Légal
14120 MONDEVILLE
Tél : 02 31 50 08 59

Bureau de Grand Quevilly :

7 Place Gabriel Péri
Le Bourg
76120 GD-QUEVILLY
Tél : 02 35 72 65 74

Directeur de la Ligue :
Florian VIDAL
Tél : 06 43 16 03 22

Instagram
_____________________